Le chantre du Ni-Ni en soutien de la candidate hors-sol de la 9e circonscription, l’inquiétante dérive de la droite essonnienne

communique

Le chantre du Ni-Ni en soutien de la candidate hors-sol de la 9e circonscription, l’inquiétante dérive de la droite essonnienne

L’Essonne accueille aujourd’hui sur son territoire Monsieur Laurent Wauquiez, venu apporter son soutien à la candidate de droite dans la 9ème circonscription.

Déjà forte de l’appui de George Tron, Véronique Carantois pourra dorénavant se vanter de recueillir celui de l’un des élus les plus à droite des républicains.

Celui qui se revendiquait initialement de la droite sociale mais qui, année après année, s’est attaqué à la solidarité nationale en comparant l’assurance chômage à un système d’assistanat, qui, en tant que Président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, a réduit les subventions accordées au planning familial, a fait annulé divers festivals, a licencié à tour de bras dans les structures régionales et départementales et, plus grave, fait preuve d’un absentéisme pointé du doigt par les élus régionaux, vient en Essonne se rallier à la cause de Madame Carantois, fraîchement parachutée dans une circonscription dont elle ne connaît ni les territoires ni les habitants.

Après avoir déclaré sa flamme à la candidature de François Fillon et faisant preuve d’un silence assourdissant dans un entre-deux tours qui voit s’opposer la candidate de l’extrême-droite à tous ceux qui se réclament de la République, la candidate hors-sol de la droite n’a trouvé aucun autre soutien parmi les membres du parti Les Républicains que le tenant de la ligne du « ni-ni » refusant d’appeler clairement à battre le FN.

La fédération de l’Essonne du Parti socialiste s’inquiète de cette dérive d’une frange de la droite essonnienne dite « républicaine » qui, après le soutien de Monsieur Trinquier (Maire de Wissous) à Marine Le Pen, revendique son refus d’exprimer son opposition à l’accession de l’extrême droite au pouvoir.