Les expressions des textes d’orientation en Essonne #1

Les expressions des textes d’orientation en Essonne #1

Jusqu’au vote des militant.e.s du 15 mars, nous vous proposons de lire les expressions essonniennes des quatre textes d’orientation.

 

 

Le mot du texte d’orientation #1

Un Progrès partagé pour faire gagner la Gauche

  • Premier signataire : Luc Carvounas
  • Mandataire fédérale : Maryse Labbe

« Proposant dès son introduction aux militants d’adopter une méthode, celle d’être libres et libéré·e·s des pesanteurs du vieux parti socialiste, notre Texte d’orientation numéro 1 se fonde sur l’idée que les Français peuvent légitimement prétendre que la prochaine décennie sera française si nous poursuivons collectivement l’objectif d’un progrès partagé (…) »

Télécharger le document (PDF)

 

 

Le mot du texte d’orientation #2

Cher.e.s camarades

  • Premier signataire : Stéphane Le Foll
  • Mandataire fédéral : Gilles Vollant

« Cher.e.s camarades, c’est à vous qu’il revient de décider maintenant. La défaite de 2017 met en cause notre existence en tant qu’organisation politique. Sommes-nous collectivement capables de retrouver la fierté, la lucidité, la confiance, en somme l’esprit de camaraderie ? (…) »

Télécharger le document (PDF)

 

 

Le mot du texte d’orientation #3

Socialistes, le chemin de la renaissance

  • Premier signataire : Olivier Faure
  • Mandataire fédéral : David Ros

« Le congrès d’Aubervilliers sera historique : il déterminera si notre parti doit renaitre ou disparaitre. En rassemblant toutes les générations, toutes les histoires et tous les territoires de notre parti, Olivier Faure, 1er signataire de la Motion 3, est candidat pour conduire la renaissance des socialistes (…) »

Télécharger le document (PDF)

 

 

Le mot du texte d’orientation #4

L’Union & L’Espoir

  • Premier signataire : Emmanuel Maurel
  • Mandataire fédéral : Olivier Thomas

« En 2012, nous avions tous les leviers pour transformer la société. En 2017, nous les avons presque tous perdus. Pacte de responsabilité, loi travail, déchéance de nationalité : les Français ne se sont pas reconnus dans notre action et finalement, ne nous reconnaissent plus (…) »

Télécharger le document (PDF)