A Wissous, une réunion de la honte orchestrée par Richard TRINQUIER, encore lui !

A Wissous, une réunion de la honte orchestrée par Richard TRINQUIER, encore lui !

Une fois n’est pas coutume, c’est encore du côté de WISSOUS que les valeurs républicaines se sont fracassées. Cette fois sur l’autel d’une réunion publique organisée lundi soir à l’initiative du Maire Richard TRINQUIER, bien connu pour ses nombreux dérapages racistes.

Le rassemblement auquel assistaient plusieurs dizaines de personnes portait ce soir-là sur les deux bidonvilles, occupées par des familles Roms, et installés en périphérie de la ville depuis quelques semaines.

Les conditions d’organisation de cette « réunion  publique », nous devrions plutôt parler de tribune politique, comme les propos tenus par le Maire et par les participants ont de quoi faire bondir les vrais républicains. Nous savons depuis longtemps que de républicain, il ne reste plus grand-chose chez Richard TRINQUIER, mais une nouvelle étape dans l’ignominie a encore été franchie en ce début de semaine.

Ce rassemblement correspondait plus à un « stand up », qu’à une réelle réunion d’information municipale, le Maire tendant le micro à la foule « comme un chanteur qui attend la fin des paroles » (Le Parisien 91, mercredi 30/09)…ou plutôt la fin d’un discours haineux, xénophobe et excitant les tensions, manifestement déjà vives entre les habitants de Wissous et la communauté rom. Les accusations sans preuves de vols, cambriolages, incivilités, violences et les mots prononcés au cours de cette réunion, « colonie », « annexion », « dehors, prenez-les chez vous », « société fasciste », « à mort », font froid dans le dos et rappellent les heures les plus sombres de notre Histoire.

La fédération de l’Essonne du Parti Socialiste condamne avec la plus grande fermeté cet énième dérapage de Richard TRINQUIER, comme les conditions d’organisation d’un tel rassemblement qui, à part flatter les plus bas instincts humains, n’a apporté aucune réponse, du moins crédible et républicaine, à des questions pourtant légitimes que peuvent se poser élus et habitants.

Les socialistes de l’Essonne tiennent à apporter leur soutien aux associations et bénévoles mobilisés sur le terrain et au Préfet qui a appelé au sens des responsabilités de chacun. Ce dossier ne se résoudra ni dans l’émotion et la précipitation ni dans l’outrance et dans l’incitation à la haine et à la rébellion.

 

Carlos Da Silva, Premier Secrétaire fédéral de l’Essonne