Avec la fermeture progressive des MJC, c’est à la jeunesse et à la culture que la droite essonnienne s’attaque

Avec la fermeture progressive des MJC, c’est à la jeunesse et à la culture que la droite essonnienne s’attaque

 

C’est désormais une triste tradition installée chez les élus de droite en Essonne. A chaque fois que des économies sont annoncées, c’est toujours vers les mêmes que l’on se tourne. Les familles, les plus fragiles, la jeunesse et la culture.

On s’en prend aux familles en augmentant les impôts (+29% pour la taxe foncière au département), aux plus modestes en supprimant la prise en charge à 50% de la carte Imagine R, à la jeunesse aussi avec la disparition de la Carte jeune et des 150€ par an qui permettaient à beaucoup de financer une partie de leur permis de conduire. On s’en prend enfin aux associations et à la culture en coupant dans les subventions.

C’est malheureusement dans ce même registre qu’un certain nombre de nouveaux maires de droite s’illustrent depuis plusieurs mois. Cette fois, ce sont les Maisons des Jeunes et de la Culture (MJC) qui sont dans leur ligne de mire. Après la fermeture mouvementée et que nous condamnons de nouveau des MJC de Chilly-Mazarin et Savigny-sur-Orge, c’est au tour des habitants et des jeunes de Viry-Châtillon de s’inquiéter de la disparition annoncée d’au moins une des trois MJC de la ville.

Le Conseil municipal du 15 décembre dernier a entériné une baisse de moitié de la subvention accordée à la MJC Maryse Bastié du centre-ville et un arrêt de la Convention qui la lie à la ville à compter du 31 août prochain, confirmant ainsi, de fait, la volonté de fermer cette structure.

La fédération de l’Essonne du Parti Socialiste condamne avec la plus grande fermeté ce projet mortifère pour le vivre-ensemble. Etre Maire, c’est conduire une politique ambitieuse pour le développement de sa ville, pour l’épanouissement individuel et collectif, l’émancipation de sa jeunesse, l’accès de chacun à la culture.

C’est ce rôle majeur dans la France de l’après 13 novembre que jouent les MJC sur notre territoire. Elles sont des structures de proximité appréciées des habitants dans les quartiers. Elles représentent pour certains de nos jeunes un lieu unique d’ouverture au monde et à l’esprit critique, et pour tous un repère dans les quartiers au sein desquels elles jouent un rôle de créateur de lien social. S’en prendre à la jeunesse et à tout ce qui favorise l’accès à la culture est un bien mauvais signal dans cette période difficile que nous traversons.

C’est pour toutes ces raisons que nous réaffirmons notre attachement viscéral aux MJC sur notre département. Nous ferons tout, dans les villes où elles sont menacées, pour les défendre aux côtés des habitants. Elles ne peuvent être les victimes collatérales d’une vision court-termiste et purement comptable.

Carlos Da Silva, Premier Secrétaire fédéral de l’Essonne