Licenciement des assistantes maternelles des crèches familiales municipales : à Athis-Mons, c’est encore une réduction du service public.

Licenciement des assistantes maternelles des crèches familiales municipales : à Athis-Mons, c’est encore une réduction du service public.

 

Début mai, une centaine de familles athégiennes apprenaient, par simple courrier, le licenciement prochain d’un « certain nombre » d’assistantes maternelles de la crèche familiale municipale chez lesquelles leurs enfants étaient placés, sans davantage d’explications si ce n’est que ce mode de garde « ne recevait pas la préférence des Athégiens ». Une décision brutale, contestable et qui intervient alors même qu’il n’y a aucune place vacante dans ce dispositif, de l’aveu de la Municipalité.  Le tout décidé en catimini, sans aucune décision du Conseil municipal.

 

C’est pourquoi les élus de l’opposition de gauche ont questionné, ce mercredi 18 mai, la Maire d’Athis-Mons à l’occasion du Conseil municipal. Moins d’assistantes maternelles, c’est en effet tout autant d’enfants qui ne pourront pas trouver de solutions de garde après la naissance.

 

Quelle compensation ? Quelle alternative ?

 

Aujourd’hui, 38 assistantes maternelles sont employées par la ville au sein de la crèche familiale, combien demain seront concernées par cette décision ? Madame Lafond, Adjointe au Maire chargée de la Petite Enfance, a été plus que vague lors du conseil municipal du 18 mai dernier : « on peut simplement vous dire que ce sera entre 1 et 38 » annonce-t-elle, faisant ainsi peu de cas du personnel qui élève les mêmes enfants depuis des années.

 

Le devenir de ces assistantes maternelles ? « Oui, certaines seront licenciées », et là encore, Madame Lafond « ne se fait aucun souci (…) et n’a aucun doute sur leur avenir professionnel ». On ne sait pas si cela suffira à rassurer les assistantes maternelles qui se retrouveront sur le carreau …

 

Selon la Maire, « aucune famille ne sera impactée par ce changement de garde ». Comment croire  que priver les familles athégiennes d’assistantes maternelles via le dispositif des crèches familiales n’aura aucun impact alors que 700 demandes de places en crèche ont été enregistrées par la Ville ?

 

Aucune annonce n’a davantage été faite concernant l’ouverture de places supplémentaires en crèches collectives. Par conséquent, à terme, si la Ville veut offrir des solutions de garde alternatives, ce sera auprès d’assistantes maternelles ou de crèches privées dont le coût supérieur devra donc être supporté par les familles.

 

Une centaine d’enfants est aujourd’hui prise en charge dans les crèches familiales. Doivent-ils faire les frais de la volonté de la Ville de faire des économies ?

 

Faire des économies ? Vraiment ? Les assistantes maternelles qui seront licenciées par la Ville recevront (et c’est tout à fait normal) des indemnités de licenciement. C’est-à-dire que les impôts des familles athégiennes seront consacrés à éponger ce coût supplémentaire. Payer plus pour avoir moins de services. C’est une façon originale de (dé)construire une politique municipale !

Preuve de l’émoi suscité par cette décision, une pétition a été lancée par des parents pour s’opposer aux licenciements à venir. Nous soutenons bien entendu cette initiative et appelons toutes les personnes concernées (parents, personnel …) à se mobiliser contre cette baisse organisée de l’offre de garde à Athis-Mons.

 

Patrice SAC

Président du groupe des élu-e-s de gauche

Jean-Jacques GROUSSEAU

Secrétaire de la section d’Athis-Mons du Parti socialiste

Contact presse :  06 60 28 94 19