Nicolas Dupont-Aignan continue de s’illustrer. Non-respect de la loi SRU, Yerres pointée du doigt…

Nicolas Dupont-Aignan continue de s’illustrer. Non-respect de la loi SRU, Yerres pointée du doigt…

 

A l’occasion du Comité interministériel ce lundi aux Mureaux, le Premier Ministre, Manuel Valls, a communiqué, comme il l’avait annoncé, une liste de 36 communes qui ne respectent pas leurs engagements en matière de construction de logements sociaux.

Comme nous nous y attendions, une ville de l’Essonne fait partie de cette liste des mauvais élèves en France. Yerres, la commune administrée par Nicolas Dupont-Aignan est une nouvelle fois sur le devant de la scène médiatique.

Si nous pouvons accorder au Député-Maire Debout la France le mérite de faire parler de Yerres, nous aimerions cependant que ce soit pour d’autres raisons. Cette fois, c’est pour non respect manifeste de la loi SRU, obstination du maire depuis son élection il y a 20 ans, et qui fait entrer la commune dans le peloton de tête des villes franciliennes les moins respectueuses de la loi.

Ce triste record fait perdre de l’argent à la ville tous les ans, Nicolas Dupont-Aignan préférant payer une amende de plusieurs milliers d’euros, financée par les impôts des Yerrois-es, plutôt que de respecter la loi. C’est tout de même un comble pour un Député…

Dix ans après les émeutes de 2005, c’est comme si Nicolas Dupont-Aignan n’avait rien retenu. Il s’honorerait pourtant de s’engager, comme ses collègues élu-e-s de la banlieue parisienne, dans une démarche commune et concertée au service du territoire et des habitant-es. Le logement est l’une des grandes priorités des Francilien-ne-s qui, pour diverses raisons liées à la crise et aux difficultés du quotidien, ont de plus en plus de mal à accéder à un logement correspondant à leurs besoins.  Les chances de réaliser le parcours résidentiel idéal, du logement social à l’acquisition d’un premier bien immobilier paraissent quant à elles aujourd’hui de plus en plus minces pour une partie de la population.

C’est pourquoi nous considérons que cette urgence sociale mérite meilleur traitement que celui qui consiste pour un élu de la République à tenir une telle posture. Nous savons Nicolas Dupont-Aignan coutumier du fait après le cadenassage des écoles pour dénoncer les rythmes scolaires ou plus récemment son refus d’accueillir des réfugié-e-s, pour ne pas céder à une « immense manipulation médiatique ». L’objectif est encore et toujours d’attirer les caméras pour servir cette fois sa campagne aux élections régionales.

« Agir pour vous », « Servir sans se servir ». Ces slogans placardés illégalement sur les mobiliers urbains sonnent pourtant bien creux à l’annonce de ce classement des villes hors-la-loi.

La fédération de l’Essonne du Parti Socialiste dénonce et condamne cette politique du Député-Maire de Yerres et s’attriste qu’une fois encore, une ville de l’Essonne gérée par la droite se retrouve pointée du doigt dans les médias. Elle s’associe aux mesures annoncées par le Gouvernement avec la reprise en main du dossier par le Préfet et invite tous les Essonnien-ne-s à appliquer le slogan de campagne de Nicolas Dupont-Aignan : « Ne vous laissez plus faire ! »

Carlos Da Silva, Premier Secrétaire fédéral de l’Essonne